24 HEURES - Le mercredi 30 juillet 2014

« Je me suis fait avoir » - Alexandre Giroux

08/10/2010 16h53 

Alexandre Giroux
Photo: AFP
Champion marqueur de la Ligue américaine lors des trois dernières saisons, Alexandre Giroux pensait bien avoir sa chance chez les Oilers d’Edmonton.

L’athlète originaire de Québec s’est rapidement rendu compte qu’il ne l’obtiendrait pas.

« Je me suis fait avoir. L’été dernier, les Oilers m’avaient dit que je me battrais pour un des trois postes offerts à l’attaque. Je ne savais toutefois pas qu’ils avaient promis les postes à Taylor Hall, Jordan Eberle et Magnus Paajarvi.

« J’en ai eu la preuve lorsque j’ai reçu mon visa de travail pour les États-Unis, quand j’ai été rétrogradé à Oklahoma City, dans la Ligue américaine. La demande de visa a été faite le 13 septembre et le camp des Oilers commençait le 17. Les cinq autres gars ayant été retranchés en même temps que moi sont dans la même situation », a-t-il soupiré.

Confiance

Giroux n’a plus rien à prouver dans la LAH.

« J’ai toujours été honnête envers moi-même et, cette année, je peux affirmer que j’ai connu le meilleur camp de ma vie. Je suis même arrivé premier au test du Vo2Max. Dans la LAH, j’ai marqué 139 buts en 180 matchs. L’été dernier, j’ai dit aux Oilers que je signerais avec eux seulement si j’avais ma chance. En neuf ans dans le hockey professionnel, j’ai appris à ne jamais faire confiance à personne et je viens d’en avoir à nouveau la preuve», a pesté le patineur de 29 ans.

Même s’il sillonnera à nouveau les patinoires de la LAH, Giroux est quand même assuré de son salaire de la LNH : 500 000 $.

« Oklahoma City constitue une équipe de l’expansion et l’organisation voulait s’assurer les services d’un joueur étoile. C’est décevant surtout que j’avais dit aux Oilers que j’ai besoin d’un nouveau défi. Je suis déjà passé par la LAH et je ne veux pas perdre mon temps. Et les Oilers qui veulent que je m’améliore dans la LAH... »

En Europe

Avant de signer avec les Oilers, Giroux avait reçu des offres de formations russes et suisses.

« Si je vois que ça ne débloque pas avec les Oilers, je regarderai du côté de l’Europe. Et ce, même si nous sommes au milieu de la saison », a-t-il tranché.