24 HEURES - Le samedi 29 avril 2017

Nuit Blanche du festival Montréal en lumière

Blanche Nuit bien-aimée

27/02/2011 12h51 

Photo: Jean-François Cyr
Montréal avait un air particulièrement sympathique samedi soir avec son tapis blanc de neige et ses rues noires de monde. Quelques centaines de milliers de personnes, amants de la culture, du sport ou de la nuit, ont envahi la ville le temps de vivre, à leur façon, cette Nuit Blanche que l’on aime tant.

Certains avaient détaillé un itinéraire bien précis au cœur de la métropole, connaissant à l’avance les endroits qu’ils voulaient fréquenter. D’autres, plus nonchalants, se sont laissés porter par leurs amis ou par le vent. Peu importe le plan, l’idée reste la même, fêter l’art ou l’action, avec ouverture et entregent.

« Quel plaisir de regarder des œuvres d’une manière aussi décontracte et conviviale. Heineken à la main et sac de pop-corn dans l’autre, c’est une approche incroyable. Je regarde ces gens, là, se faire photographier devant ces fonds au look disco kitsch des années 1980 et ils semblent tellement triper. Quand le monde s’amuse, l’art devient parfois plus accessible », raconte Guillaume Tartif, un Montréalais dans la trentaine, rencontré à la galerie Les Territoires, qui s'est dit complètement emballé par son passage dans les dédales du Belgo, cet immeuble de quelques étages sur la rue Sainte-Catherine qui conserve jalousement, à chaque année, sa réputation de haut-lieu de l’événement.

Et pour cause, de nombreuses galeries qui ont souvent l’aspect d’un loft plus ou moins grand, ouvrent leur porte aux milliers de curieux qui, à leur guise, pénètrent ici et là, dans des univers artistiques toujours différents. Au Studio 303, par exemple, les visiteurs avaient droit à des performances éclectiques (danse, musique, effets lumineux) explorant le pop et l'anti-pop, tandis qu’à quelques portes plus loin, on nous proposait des peintures abstraites avec ambiance de musique techno.

La Nuit Blanche, c’est d’abord des passionnés d’art visuel, danse, contes, patinage, cinéma, musique, humour, théâtre, fantaisies en tout genre qui déploient leurs talents dans de nombreux lieux du Vieux-Montréal, du centre-ville ou encore du Plateau-Mont-Royal, au grand plaisir des gens.

Passages

24H s’est notamment baladé dans les 6 km de ramifications animées du métro pour apprécier des dizaines de projets du concept Art Souterrain.

Au Metropolis, on retrouvait le rappeur Karma Atchykah, l'incomparable Fred Fortin et la toujours passionnée Mara Tremblay.

Pour la huitième année de cette Nuit Blanche du festival Montréal en lumière, l’important n’était toujours pas de tout faire, voir ou entendre, mais bien de goûter, partager et s’amuser.

Même à l’Hôtel de Ville, la fête a levé! 3000 festivaliers ont surchauffé, sur des airs de salsa, le parquais du hall d’honneur et du lobby.

jeanfrancois.cyr@24-heures.ca

 
 

Incontournables