24 HEURES - Le mardi 22 juillet 2014

France

Nouvelles révélations sur des liens entre DSK et la prostitution

21/10/2011 17h36 

Une enquête menée dans le nord de la France sur un réseau de prostitution a mis en évidence la possible participation de Dominique Strauss-Kahn à des soirées à Paris.
©THOMAS SAMSON / AFP

LILLE - Une enquête menée dans le nord de la France sur un réseau de prostitution a mis en évidence la possible participation de Dominique Strauss-Kahn à des soirées à Paris avec des prostituées qui auraient été payées par des entrepreneurs, ont affirmé vendredi les quotidiens Libération et Le Figaro.

Selon ces journaux, les enquêteurs s'intéressent aussi à des voyages effectués par des protagonistes de cette affaire à Washington, où DSK exerçait alors ses fonctions de directeur général du Fonds monétaire international (FMI). Le dernier de ces déplacements aurait eu lieu entre les 11 et 13 mai derniers, soit la veille de son arrestation à New York sous l'accusation d'agression sexuelle et tentative de viol sur une femme de chambre.

Selon Libération, David Roquet, directeur d'une filiale du groupe de construction Eiffage, inculpé vendredi pour «proxénétisme», a déclaré aux enquêteurs être allé à Washington à l'invitation de DSK notamment en compagnie de Jean-Christophe Lagarde, chef de la police de Lille, dans le nord de la France. Le commissaire Lagarde, placé en garde à vue jeudi, a été mis en examen (inculpé) vendredi pour proxénétisme aggravé en bande organisée et recel d'abus de biens sociaux par les juges d'instruction chargés de l'affaire, ont annoncé ses avocats.

Jean-Christophe Lagarde «maintient ce soir n'avoir commis aucune des infractions qui lui sont reprochées», a déclaré à la presse l'un des avocats, Me Olivier Bluche. À la question de savoir qui avait payé les billets d'avion, M. Roquet a répondu: «C'est moi, avec l'aval de mon patron. Cela m'a coûté entre 3 000 et 4 000 euros», selon Libération. Il a également affirmé qu'en mai 2011, le groupe était allé «visiter le FMI», selon le quotidien.

Citant des «éléments du dossier», Le Figaro indique que David Roquet et un autre entrepreneur auraient payé les factures d'un hôtel de luxe à Paris où se seraient déroulées des parties fines auxquelles auraient participé le policier, DSK et des prostituées. Selon Le Figaro, la filiale d'Eiffage aurait réglé une «large partie de l'addition - entre 12 000 et 15 000 euros» pour cette soirée. L'ex-directeur général du FMI y était invité et n'a donc rien payé, relate le journal.

L'enquête sur ce réseau de prostitution à Lille s'est d'abord concentrée sur des notables locaux et sur un hôtel de luxe de la ville, le Carlton. Le nom de Dominique Strauss-Kahn avait été mentionné par la presse une première fois le week-end dernier. Dans une déclaration à l'AFP, DSK avait alors demandé à «être entendu le plus rapidement possible» afin qu'il «soit mis un terme aux insinuations et extrapolations hasardeuses et encore une fois malveillantes» le concernant.

M. Strauss-Kahn n'est plus visé par aucune enquête criminelle en France et aux États-Unis. Mais les accusations de tentative de viol dont il a fait l'objet des deux côtés de l'Atlantique ont ruiné sa carrière politique et il continue de faire l'objet de poursuites civiles à New York.

 
 

Incontournables