24 HEURES - Le mercredi 19 décembre 2018

Keenan Poloncsak vend ses oeuvres dans les rues de Montréal

Créateur et vendeur de bédés

26/05/2014 09h16 

Keenan Poloncsak s'est fait une renommée avec ses bédés gore.
Courtoisie Keenan Poloncsak
Sur Saint-Laurent, coin Mont-Royal, un stand attire quelques passants. Keenan Poloncsak, jeune bédéiste, vend ses œuvres pour quelques dollars. Les curieux achètent. Cela lui permet de vivre.

Poloncsak s'est fait un nom dans le monde de la bédé montréalaise underground. Il présente son art dans des clubs comme L'Achoppe ou le Death House. Des magasins de skate aussi. Mais surtout, il vend dans la rue et dans les stations de métro.

Ses plus gros vendeurs, ce sont les huit livres de la série Pro-Can. Des bédés très gore, où une nouvelle drogue – appelée pro-can – transforme les humains en zombies.

«Ça parle de la déchéance humaine et de l'abus de drogues dans les rues de Montréal. Toutes mes bédés sont centrées sur Montréal», affirme Poloncsak.

Grâce à l'argent amassé depuis la parution du premier tome, Invasion, en 2007, Poloncsak a pu transformer son œuvre en court métrage, qui sera présenté dans différents clubs à partir du 31 mai.

Changer d'air

Poloncsak a dû prendre une pause après le huitième tome de Pro-Can, parce que le sujet affectait son moral au quotidien. Il s'est mis à l'écriture d'une série sur un squeegee marin (intitulé Squid-Gee). Il a aussi produit deux œuvres pour enfants.

«J'avais besoin de changer d'air, ça commençait à devenir lourd, affirme-t-il. J'ai vu une exposition qui expliquait que le territoire de Montréal se trouvait au fond de la mer de Champlain il y a des milliers d'années. Je trouvais ça intéressant d'imaginer une ville au fond de la mer. Ça a donné Squid-Gee.»

La renarde de Griffintown

Poloncsak s'est inspiré d'une rencontre fortuite avec un renard, à Griffintown, pour produire son premier livre pour enfants.

«Il y a beaucoup de développement là-bas, beaucoup de gros condos. J'y suis allé comme ça, et j'ai vu ce renard. Je me demandais comment il voyait ça, tous ces développements», affirme l'artiste.

La renarde de Griffintown est écrit en français, en anglais et en espagnol.

L'art de Poloncsak et les dates de diffusion du court métrage Invasion sont disponibles sur le site web www.pro-can.org.

Quant à l'artiste lui-même, on peut le croiser au même endroit que toujours : dans les rues de Montréal.

 
 

Incontournables