24 HEURES - Le mardi 14 août 2018

Avancée importante à l'Université de Montréal

Il perce les mystères de l'intelligence artificielle

08/07/2013 12h54 - Mise à jour 08/07/2013 13h13

Le professeur Yoshua Bengio.
Photo: Courtoisie
Percer les mystères de l'intelligence artificielle (I.A.) fait souvent l'objet des œuvres de science-fiction. Toutefois, un chercheur montréalais et son équipe rapprochent le rêve de la réalité grâce à leurs travaux, désormais reconnus internationalement. Le professeur Yoshua Bengio est professeur titulaire du Département d'Informatique et Recherche Opérationnelle (DIRO) à l'Université de Montréal et il a récemment fait l'objet d'un article dans le magazine américain Wired. Il a révélé les résultats de ses recherches au 24h dans cette entrevue.

24h : Où en sommes-nous en ce qui concerne l'intelligence artificielle?

Yoshua Bengio : Il y a eu des progrès importants dans le domaine de l'intelligence artificielle ces dernières années grâce à ce qu'on appelle dans notre milieu l'apprentissage automatique. C'est-à-dire que l'ordinateur apprend à prendre des décisions. C'est ainsi que nous, les humains, nous parvenons à être intelligents, en étant confrontés tous les jours à toutes sortes d'exemples.

24h : Lorsque l'on parle d'I.A. de façon simple, de quoi s'agit-il?

YB : Il y a des progrès continuels dans le domaine de l'I.A. qui sont utilisés dans les technologies qui font partie de notre vie quotidienne. Les moteurs de recherche sur Internet, ou la reconnaissance vocale, en sont un bon exemple. Il s'agit d'avancées qui nous auraient fait dire « wow! » il y a quelques années. Cependant, nous sommes encore très loin d'arriver à créer des ordinateurs aussi intelligents que les humains.

24h : Pourquoi votre recherche offre-t-elle une percée dans ce domaine?

YB : Ma recherche s'inscrit dans un sous-domaine qui se nomme l'apprentissage de représentation profond. Nous essayons de permettre à l'ordinateur de représenter ce qu'il perçoit, afin qu'il comprenne, de façon plus abstraite. Ce qui nous donne notre intelligence, c'est notre capacité de généraliser la situation correctement, parce que notre cerveau construit des abstractions. Dans nos travaux, nous essayons de faire comprendre à la machine qu'est-ce qu'un visage, quelles sont toutes les variations dans lesquelles il peut exister. Ce que la photo qui a été diffusée par le magazine Wired montrait est une sorte de représentation de visage, un peu comme un rêve conçu par la machine. Ces images ne sont pas les mêmes que celles qu'on a montrées à l'ordinateur, il les invente. Ainsi, les percées que nous avons eues récemment avec la machine ont été faites avec ce qu'on appelle l'apprentissage supervisé. Par exemple, si nous voulons qu'un ordinateur reconnaisse un objet dans une image, nous allons lui donner une série de millions de cas avec les spécificités que nous voulons qu'il aille chercher. Cela est coûteux et long. Nous voulons donc que la machine soit plus autonome, qu'elle apprenne de manière non supervisée. Nous avons récemment créé une méthode d'apprentissage non supervisé, ce qui est une avancée importante.

24h : Sur quels types d'ordinateurs travaillez-vous?

YB : Les programmes que nous développons demandent beaucoup de puissance de calcul. Notre équipe est l'une des plus importantes consommatrices auprès de Calcul Québec, un organisme fédéral qui permet aux chercheurs universitaires d'utiliser de grosses ressources. Nous travaillons sur une grappe de GPU, un réseau de puces qui sont utilisées dans ce cas pour du calcul scientifique. Nous pouvons aller de 10 à 100 fois plus vite.

24h : Comment l'apprentissage profond en I.A. affecte-t-il les gens au quotidien?

YB :Un des cas les plus probants est sans doute l'outil de recherche d'images dans l'engin de Google+ qui utilise l'I.A. pour répertorier des photos personnelles. Par exemple, si vous faites une recherche sur les arbres, l'engin vous sortira toutes les images de votre album contenant l'objet de votre requête, sans qu'un être humain ait eu à répertorier et à catégoriser vos photographies.

emmanuel.delacour@quebecormedia.com

 
 

Incontournables