24 HEURES - Le vendredi 14 juin 2019

Tuerie

Dur lendemain à Aurora

22/07/2012 02h22 

La «All-American City» ne sera plus jamais la même.
Photo Don Emmert / AFP
Notes : CODE 1 Slug : FD-TUERIE-AURORA-VICTIMES-LEAD Entête : Le Colorado est sous le choc depuis la fusillade de vendredi AURORA, Colorado – Les drapeaux sont en berne à Aurora. De nombreuses petites célébrations ont été organisées dimanche pour les victimes à travers Aurora. Les gens, plusieurs en sanglots, ont laissé des fleurs, des chandelles, des croix et des messages d'espoir à proximité du cinéma, lieu de la tuerie.

Dimanche, la police a démenti des rumeurs que James Holmes avait un complice. Les rumeurs indiquaient que ce «complice» aurait appelé les policiers pour menacer de sévir si James Holmes n'était pas libéré. Cependant, les policiers confirment qu'une personne proche du présumé tueur a été interrogée.

Le mystère plane toujours quant au mobile du jeune homme. Il a été décrit comme un solitaire, mais les autorités refusent de donner trop de détails.

La fusillade s'est produite dans la nuit de jeudi à vendredi dans une salle bondée de cinéma lors de la présentation spéciale du film «The Dark Knight Rises». Parmi les victimes se trouve Alex, qui célébrait son anniversaire lors de la projection du nouveau Batman. «Il était très doux, plein de compassion, explique une proche. Le plus extraordinaire jeune homme que nous ayons eu l'honneur de côtoyer. Alex adorait le cinéma, c'était sa passion.»

«C'est un non-sens», a commenté l'ami d'une autre victime, un jeune homme dont il montre la photo.

Sur place, un des blessés de la fusillade montre son chandail encore maculé de sang.

Un témoin de la scène explique avoir «entendu des gens crier. Des enfants pleuraient en appelant leurs mères». Un ancien militaire qui, ironiquement, conduit un corbillard s'est précipité au secours des survivants. «Je sais qu'on devrait pardonner au meurtrier, mais je crois honnêtement qu'il mérite la peine de mort. Ce qu'il a fait est dégueulasse», a-t-il confié.

À un jet de pierre de la tragédie se trouve l'appartement de James Holmes. C'est là que les policiers tentent de découvrir et de neutraliser les engins explosifs. Mais pour Blaze, ce quartier est le sien. Il y est né, il y a vécu.

«C'est ma cour arrière. Je me demande s'il sait qu'il se fait du mal à lui-même quand il agit ainsi», a commenté l'homme d'une soixantaine d'années.

Selon une femme qui habite le même immeuble que le tueur, «il essayait de survivre comme nous tous ici. Et puis, il y a eu Batman, et puis le Joker. Et puis, il reste à côté de chez moi.»

 
 

Incontournables