24 HEURES - Le vendredi 14 juin 2019

Les parents n’épargnent pas suffisamment pour leur enfant

19/07/2011 15h38 

Photo: Reuters
Près de la moitié des parents canadiens, dont les enfants vont entrer à l'université dès l'automne prochain, n'ont pas épargné pour l'éducation de leurs enfants, selon un sondage de TD Canada Trust.

Dans son enquête Éducation et finances de 2011, TD Canada Trust a noté que l'éducation est devenue l'un des plus grands défis financiers pour de nombreuses familles canadiennes.

Ainsi, au Canada, seulement 12 % des parents interrogés ont indiqué qu’ils seraient en mesure de financer les coûts de l’éducation de leur enfant, tandis qu'un tiers ont dit être en mesure de payer moins de 10 % des frais de scolarité.

« Après la retraite, l'un des plus grands défis financiers auxquels seront confrontés les Canadiens est d'épargner pour les études de leurs enfant », a indiqué Paul Lelièvre, vice-président de district, Métropole Ouest, TD Canada Trust.

« Dans le cas des étudiants universitaires et collégiaux ayant quitté le domicile familial, les frais de scolarité pour un diplôme de premier cycle et le coût de la vie durant les études peuvent totaliser 48 000 $. Ce n'est donc pas surprenant que les parents peinent à joindre les deux bouts », a ajouté M. Lelièvre.

Par ailleurs, l’enquête a indiqué que près d'un quart des répondants québécois croient qu'il est de leur responsabilité en tant que parents de payer les études de leurs enfants (23 % comparativement à 18 % à l'échelle nationale). Sept sur dix prévoient d’ailleurs d’en payer la totalité (17 %) ou la plus grande partie (52 %).

En revanche, ils sont les moins enclins à s'attendre à ce que leurs enfants travaillent afin de contribuer au financement de leurs études (22 % comparativement à 31 % à l'échelle nationale).

Selon le sondage, les parents québécois (56 %) sont les moins nombreux au pays à avoir déposé de l'argent dans un régime enregistré d'épargne-études (REEE). À l'échelle nationale, près de 62 % des répondants ont indiqué le faire.

Par contre, les nouveaux parents ont tendance à épargner davantage que les autres. Ainsi, neuf parents sur dix (89 %) âgés de moins de 35 ans se sont mis à épargner pour les études de leurs enfants peu de temps après leur naissance, comparativement à seulement 60 % des parents âgés actuellement de 45 à 54 ans, et à 80 % des parents dont l'âge se situe entre 35 et 44 ans.

Le sondage Éducation et finances de TD Canada Trust de 2011 a été mené entre le 10 et le 20 juin 2011, auprès d'un échantillon représentatif de 640 répondants, dont 146 provenaient du Québec, et étaient les parents d'enfants âgés de moins de 18 ans.

 
 

Incontournables