24 HEURES - Le lundi 11 décembre 2017

Repas, fleurs et téléphone cellulaire

Remboursements illégaux : la mairesse de Pierrefonds a agi « de bonne foi »

05/04/2011 17h10 

En entrevue à 24H, Monique Worth assure que ces remboursements, qu’elle était la seule à pouvoir autoriser, ont été demandés « de bonne foi ».
Photo : Archives
Réprimandée par le ministère des Affaires municipales pour s’être fait rembourser illégalement des dépenses, la mairesse de l’arrondissement Pierrefonds-Roxboro, Monique Worth, assure qu’elle a « appris » de cette histoire et que tous les ajustements pour se conformer à la loi ont été faits.

Québec reproche à l’arrondissement d’avoir utilisé des fonds publics pour payer pour des frais de repas des élus, des fleurs et même des appels interurbains, effectués depuis la Floride, par le conseiller Bertrand Ward.

Ces dépenses auraient dû être assumées personnellement par les élus et non par l’argent des contribuables, juge Marc Lacroix, sous-ministre aux Affaires municipales, dans une lettre transmise à la mairesse.

C’est un citoyen et ancien candidat à la mairie de l’arrondissement pour Projet Montréal, Michael Labelle, qui a porté plainte auprès du ministère.

Autres temps, autres mœurs

En entrevue à 24H, Monique Worth assure que ces remboursements, qu’elle était la seule à pouvoir autoriser, ont été demandés « de bonne foi ».

« Monsieur Ward et moi, on est là depuis 1989-1990. Vous savez, dans ce temps-là, il y avait des manières de faire très différentes », dit la représentante d’Union Montréal.

« Les deux dernières années nous ont apporté quelque chose de différent. On a des règles plus strictes », décrit la mairesse, qui assure que « tous les ajustements ont été faits » en conformité avec la Loi.

Pas de remboursement

Bien qu’il soit difficile de chiffrer les sommes qui n’auraient pas dû être remboursées aux élus, Mme Worth estime que les dépenses totales pour les repas, les fleurs et les marques de reconnaissances à certaines organisations locales s’élevaient à « environ 1 600 $ par année ». Une partie de ce montant est remboursable en toute légalité.

Cependant, la mairesse n’a pas l’intention de rembourser les sommes qu’elle n’aurait pas dû recevoir.

« Il n’est pas question de remboursement dans la lettre du ministère. Je ne pense pas que c’est nécessaire, parce que ce n’était pas des dépenses pour des fins personnelles. C’était pour l’arrondissement », dit-elle.

Quant à la facture de téléphone cellulaire de Bertrand Ward, il rembourse le coût de ses appels personnels et interurbains depuis 2009, a tenu à préciser Mme Worth.

jeanlouis.fortin@24-heures.ca

 
 

Incontournables