24 HEURES - Le mercredi 19 décembre 2018

Un bond de 12 cents le litre d’essence à Montréal

05/01/2011 20h19 

Au moins deux stations-service affichaient un prix de 124,9 cents par litre, en fin d’après-midi, selon le site internet www.essencemontreal.com.
Photo : Stéphane Grégoire
Les automobilistes montréalais ont une fois de plus eu une mauvaise surprise, mercredi, en faisant le plein de leur véhicule. En effet, le prix de l’essence a fait un bon de près de 12 cents à certains endroits dans la métropole, atteignant presque 1,25$ le litre.

Au moins deux stations-service affichaient un prix de 124,9 cents par litre, en fin d’après-midi, selon le site internet www.essencemontreal.com.

Pourtant, selon le site internet de CAA-Québec, le prix réaliste pour la région de Montréal est de 120,2$.

Pour Normand Mousseau, auteur du livre Au bout du pétrole, cette augmentation pourrait traduire une volonté des commerçants d’établir un équilibre.

« Ça se produit après que le prix au litre ait été plus bas que le prix auquel il devrait se vendre. Si l’essence se vendait à 1,12$ et que le prix normal était de 1,20$, les vendeurs se rattrapent en le montant à 1,25$ », indique-t-il.

Ce dernier avoue toutefois qu’une forte augmentation du genre est « raide ».

Des augmentations à prévoir

Les consommateurs d’essence ne sont pas au bout de leur peine, estime M. Mousseau.

« Certains économistes avancent que le prix du baril de pétrole va augmenter d’environ 10% au cours de la prochaine année. Grosso modo, ça représente une augmentation de 12 cents le litre à la pompe », précise-t-il.

Le prix du baril a d’ailleurs connu une hausse sur les marchés internationaux, mercredi, à New York et Londres, de respectivement 0,28% et 2,26%.

On attribue notamment ce regain des investisseurs à la création d’emplois dans le domaine privé aux États-Unis, ainsi qu’aux réserves de brut du même pays, qui ont diminué de 4,2 millions de barils la semaine dernière.

Une situation qui favoriserait l’augmentation de la demande de pétrole chez nos voisins du sud.

 
 

Incontournables